Alonzo, le fruit de son époque

Publié le par Orbeat

alonzo_orbeat_temps_modernes.jpg

A Marseille nombreux sont ceux qui comparent la réputation du Segnor Alonzo à celle du Rat Luciano. Pourquoi? Tout simplement car ils ont marqué leur époque, avec respectivement la Fonky Family et les Psy 4 de la Rime. Mais aussi et surtout car ils reflètent le mieux la jeunesse des quartiers. Celle qui affronte tant bien que mal son époque, celle des "Temps Modernes", titre du premier album solo d'Alonzo, qui sort aujourd'hui dans les bacs.

Le deuxième Psy après Sopra à se lancer sans ses acolytes ne s'est pas loupé. Le premier titre Braquage Vocal annonce d'emblée la couleur rageuse de l'ensemble. Une chanson sans refrain ou le "Papé" raconte son ascension et sa vision du rap game, de l'époque ou il n'était qu'un ado de la cité du Plan d'Aou, jusqu'à ce qu' un certain Akhenaton lui tende la main. Suivent Broly et Je suis le quartier, les deux titres phares qui tournent déjà depuis plusieurs semaines sur les ondes. Dans Je suis le quartier, Alonz' explique son choix, celui de rapper uniquement ce qu'il voit autour de lui. Il s'autoproclame "rappeur de proximité" et cela lui va plutôt bien. "Je suis le baromètre vocal de mon climat" lance le mc, qui va très loin dans la personnification du block et de la cité.
  Ceux qui connaissent bien le style d'Alonzo s'y retrouveront. Pour les non-initiés, le marseillais a réservé quelques bonnes surprises, comme l'acidulé Physio. Sur une prod à la Timbaland, il lâche un morceau-dédicace aux scarlas qui se font pointer à l'entrée des boîtes. Un track inattendu mais efficace, qui apparaît comme le véritable ovni de l'album. Passion pour le foot oblige, Alonzo use d'un flow maradonien sur Enorme, dont l'intro n'est autre que la voix du commentateur argentin, criant lors de la formidable action de Diego lors du fameux Argentine Angleterre. Une métaphore de la compétition et du challenge, sur laquelle le Psy excelle. Que dire de Mon père c'est ma mère... La dureté du Franco-Comorien s'efface pour laisser place à un hommage vibrant à sa mère.
"Les Temps Modernes" sont ainsi. Un alliage de rage, de peine, de joie, bref, un concentré d'émotions fortes qui font de l'album d'Alonzo un disque phare de ce début d'année 2010.
 
Lionel Modrzyk
Correspondant Orbeat à Marseille
 
Les Temps Modernes
A partir d'aujourd'hui dans les bacs
Barclay/Universal

Publié dans Chroniques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article