DJ Premier sur Orbeat

Publié le par Orbeat

EXTRAIT DU MAGAZINE ORBEAT ENCORE DISPONIBLE

On a parlé à la légende new-yorkaise...

Génial Producteur, virtuose des platines, et moitié indispensable du groupe Gangstarr, DJ Premier (Primo pour les intimes) a incendié la planète hip-hop grâce à des bombes comme “Full Clip”, “Nas is Like”, “Unbelievable” ou “Outta Here. Forcément, on est un peu anxieux au moment de rencontrer la légende.


Orbeat : Primo, tu tournes beaucoup pour des shows dans le monde entier. On connait ton travail en studio, tes prods, notamment pour Gangstarr (Primo & Guru) ont fait le tour du monde. Mais que peux-t-on attendre d'une de tes performances live ?
Primo : Du bon son, du scratch millimétré et de la technique. Je veux juste que le public en ait pour son argent. Tu as payé pour me voir, tu ne le regretteras pas. Ce n'est pas juste je pose un skeud et j’attends que le temps passe. J'emmène les gens dans un voyage et je veux être certain qu'ils restent avec moi tout au long de mon set. 

Or : On remarque un tournant à partir du quatrième album de Gangstarr, « Hard to Earn » (1994). Ton son est plus sombre, un peu moins jazzy…
Primo : A l'époque tout le monde collait des samples de James Brown sur les beats. Je me suis dit qu'on pouvait trouver d'autres sonorités. Je suis allé chercher du côté du jazz. Alors tout le monde a dit « c’est du jazz-rap». Mais pour moi c’était juste du hip-hop. Au bout d'un moment, cette étiquette a commencé à agacer Guru. Je lui ai dit « Tu sais quoi ? Montrons leurs qu'on peut être les meilleurs avec n'importe quel type de son ». Alors j'ai commencé à dépouiller mes beats et à inclure des sonorités plus “spaces“ et plus sombres, notamment sur « Hard to Earn ».

Or : Selon toi, quel autre producteur a vraiment révolutionné le hip-hop ?
Primo : Je pense qu'il faut reconnaître la force de Kanye West. A une époque où tout le monde commençait à faire des beats avec des synthés, il s’est réapproprié les samples d’une manière admirable. Avec Gangstarr nous avions participé à l’Electric Circus Tour de Common, en 2002. Kanye nous a rejoints. Tu vois comment il est aujourd'hui ? Dis-toi qu’à l'époque il avait déjà la même assurance. Là, il me balance : « Mec je vais faire un album et il sera double disque de  platine ! ». Je me suis dis « damned, ce mec est gonflé ! ». Puis il sort l’album « The College Dropout »  et on connaît la suite. Timbaland est aussi très bon. Mais Kanye, lui, arrive à chaque fois à nous surprendre avec le choix de ses samples et la manière dont il les utilise. Il a un niveau de créativité qui le place à part.

Or : Dans le titre “It's Mostly the Voice“, Guru lâche: « It's Mostly The Voice that gets you up, it's mostly the voice that makes you buck » (C'est avant tout la voix qui te fait décoller, c'est elle qui te fait vibrer). Plus que la technique d'un MC, c'est le timbre de la voix qui retient votre attention, à toi et à Guru ?
Primo : La voix m'inspire. Elle m’oriente dans mes choix d’instruments et de beats. Je ne suis pas insensible à la technique et à l'attitude d'un MC, mais la voix, c'est vraiment ce qui me donne le déclic. C'est pour ça que je suis fan de Blaq Poet (l’un de ses protégés actuels Ndr), il a un timbre de malade. Idem pour Nas, Rakim, Krs-One et bien sûr Guru, avec lesquels j’ai pris le plus grand plaisir à travailler. Eux et quelques autres, comme 2pac, Jay-Z ou B.I .G ont, ou avaient tous une voix unique. D'autres MCs ont de la technique mais ne te feront pas décoller, parce qu'ils n'ont pas cette voix qui les distingue. 

Or : Quels sont tes projets ?
Primo : L’album de Blaq Poet sort sur mon label (Year Round Record Ndr). Je l’ai concocté avec beaucoup de soin. C’est un rappeur prodigieux et vraiment hardcore. Quant à moi, rassures-toi, je ne suis jamais bien loin.

Propos receuillis par Jean Berthet
Photo, Augustin Legrand 

Publié dans Interviews

Commenter cet article

magoule 23/11/2009 17:12


Primo is the best !