L’autre ring de Mahyar Monshipour

Publié le par Orbeat

Le « plus » orbeatmagazine.com

Retrouvez dans le magazine Orbeat (version papier) l’interview d’avant et d’après combat, le dernier de sa carrière sportive.

Poitiers, le 4 juillet 2009, en sueur et (a)battu, Mahyar Monshipour met fin à sa carrière sportive* pour revenir à sa retraite active au poste qui l’attend au conseil général de la Vienne. Encore une histoire de « retour ». Sa vie est faite de come-back. Le premier consistait à se remettre à la boxe pour gagner à nouveau sa couronne mondiale des « Coq ». Quant au come-back qui s’annonce aujourd’hui, Mahyar est certain de le réussir. Athlète multiple fois champion du monde WBA, citoyen exemplaire très impliqué dans la vie de son département et celle de son pays, Monshipour sort du ring sportif pour rejoindre celui de la vie civile. Mahyar nous parle et en profite pour égratigner Ségolène Royale (présidente de la région Poitou-Charente), jusqu’à déclarer vouloir l’attaquer devant le tribunal administratif. Entretien tous azimuts.

Orbeat. : Avez-vous perdu beaucoup d'argent sur l’ensemble de votre tournée de retour ?

Mahyar : Globalement, sur l’ensemble des quatre matches que j’avais programmé je suis à l’équilibre. J’ai pu compter sur mon nom…  J’ai dû dépenser aux alentours de 150 000 euros pour cette tournée de retour. Néanmoins, pour le dernier combat à Poitiers j’en suis pour 60 ou 70 000 euros de ma poche (L’Equipe estime que la soirée poitevine a coûté au total 400 000 euros). Une partie de cette perte, je la dois à Ségolène Royal, la présidente du conseil régional de Poitou-Charentes. Elle m’a retiré au dernier moment une subvention qui m’avait été promise. Je ne l’ai su que trois jours avant mon dernier combat à Poitiers. Son argument est de dire qu’en raison de la crise la somme qui m’était promise devait être versée aux entreprises en difficulté. Sauf que l’on parle de budgets votés des mois en avance et que le principe des vases communicants ne joue pas dans ce cas là. Ce qui est voté pour le sport reste au sport et ce qui est alloué au secteur économique le reste. Une somme ne peut pas être transférée. J’ai donc décidé d’attaquer Ségolène Royal au tribunal administratif pour récupérer la subvention qui m’avait été accordée dans un premier temps par la région.


Or. : Parlez-nous de ce que vous allez faire au Conseil Général…

Mahyar : Je vais m’occuper de tous les sports, que ce soit pour les petits ou pour les grands. Je suis très branché sport éducatif. Avec la structure « Sport Education 86 », depuis 6 ou 7 ans le Conseil intervient dans tout le pays. On enseigne le sport à des jeunes mais aussi tout le comportement exemplaire qui va avec. C’est un enseignement du savoir-vivre, de la gestion de la compétition et du self-control. Une sorte d’éducation par le sport, l’apprentissage de la vie et des règles de vie commune en société.


Or. : Quel boxeur vous impressionne ou vous a impressionné ?

Mahyar : Dans les années 70-80, j’ai toujours admiré Marvin Hagler, « Marvelous Marvin Hagler », le divin chauve comme on l’appelait. Il a été champion du monde des poids moyens de septembre 1980 à avril 1987 ! « Marvelous », c’est un vrai guerrier, j’adorais sa technique et son attitude sur le ring. Il est considéré comme l'un des meilleurs poids moyens de l'histoire de la boxe et c’est vrai.


Or. : Vous aimez le foot ?

Mahyar : Je préfère le rugby. Je ne suis pas supporteur d’un club en particulier mais j’aime bien le Stade Toulousain. Moi-même j’ai été toulousain à une époque, sportivement parlant je veux dire. Frédéric Michalak est un ami. Sinon, j’aime beaucoup les All Blacks, surtout à l’époque de Jonah Lomu. Une vraie bête du rugby, un phénomène ! Quel joueur !


Or. : Avez vous envie de devenir commentateur de boxe pour la télé un jour ?

Mahyar : « Oui, pourquoi pas… J’avais déjà travaillé pour la télévision et Canal Plus à une époque. C’est à eux de venir vers moi…


Or. : Vous êtes très impliqué à propos de votre pays natal l'Iran. Que pensez-vous de ce qui se passe actuellement avec la réélection contestée d'Ahmadinejad ?

Mahyar : Je suis très sceptique sur la situation en Iran. J’attends toujours un boom dans la société qui n’arrivera en fait jamais. Ceux qui défilent dans la rue ce sont les intellectuels, la crème de la crème des gens éduqués et instruits. Ceux là, ces urbains, ne représentent pas la majorité de la population ! Néanmoins, même les plus pieux, qui ne voulaient pas du Chah et qui sont déçus par Ahmadinejad, ne veulent pour autant pas vivre à l’occidental. Ils ne veulent pas de filles en débardeurs, c’est un fantasme européen ça ! Les médias européens et américains parlent des manifestations comme si c’était tout l’Iran qui voulait renverser Ahmadinejad et vivre à l’occidentale, mais ce n’est pas ça la réalité. Les Iraniens veulent simplement du boulot, de l’argent et un peu plus de liberté. Ils en ont marre du chômage. C’est tout ! Quant à ceux qui défilent dans la rue, oui, ils sont comme nous mais ce n’est pas la majorité. Il n’y aura pas de révolution, les gens ont une situation et demander le changement c’est dangereux et on est jamais certain du résultat. La majorité des gens sont des sortes de « collabos », surtout pas au sens français du terme mais dans le sens où, certes, ils dénoncent leur mauvaise situation mais vivent bien quand même. Le régime iranien est malin : il est dur, puis souple. Il est sévère puis lâche un peu la bride et ainsi de suite…Au maximum, les filles auront peut-être le droit de porter des pantacourts !

 

Propos recueillis par Baptiste Auroux

 

* Après une tournée en quatre combats commencée le 1er décembre 2008 et intitulée ‘‘Pour l’honneur’’ Monshipour s’était fixé comme objectif de récupérer sa ceinture mondiale. Hélas, après trois victoires (à Poitiers en décembre, à Pau en janvier, à Metz en mars) le Français a échoué à la dernière marche face au Panaméen Anselmo Moreno. Le gaucher de 24 ans (10 ans de moins que Mahyar) s'est imposé aux points. Deux juges ont accordé la victoire à Moreno : 116-112, 116-113 et un à Monshipour : 113-115.

Publié dans Interviews

Commenter cet article

ayoub 17/04/2010 23:19


baranco@hotmail.com


ayoub 17/04/2010 23:18


salut mahyar ca va moi ayoub la famille de said de taza maroc