Siba, si haut…

Publié le par Orbeat

Siba attend patiemment son heure. Ce jeune assistant d’éducation en collège, fils d’ouvrier, a décidé de faire du rap comme il l’a toujours conçu : avec le cœur. « Le problème à Marseille, c’est qu’il y a du potentiel, mais aucune solidarité, que de la concurrence mal placée. Moi, ça m’arrange, je me sers de ces enfantillages pour me démarquer. ». Siba a sorti à la fin de l’été 2008 deux titres plus accessibles pour faire monter le buzz, "Tu deuh", et "Soleil de plomb".
A coup sûr, question malice, le marseillais a de la ressource puisqu'il est a l'origine d' une campagne de streetmarketing sans précédent à Marseille. Panneaux, murs, grilles de magasins ont tous été recouverts de tags Siba. Derrière ce délire qui a donné du fil à retordre aux employés municipaux, se cache un bonhomme entier, aux lyrics conscients. « Il y a les morceaux qui s’écoutent, et ceux qui se vivent » dit-il dans "Entre les lignes". Les siens s’écoutent ET se vivent. Parsemé de scratch signés Ghes-Hi, des feats avec Cheb Tarik, Jmi Sissoko, ou encore Mario Reyes des Gipsy King, l'opus est agréable à l'écoute. Un hip hop éclectique, qui brise les codes du rap marseillais.

                                                                                              L.M



SIBA

PARTIR (MUSICAST)

Dans les bacs

Publié dans Actu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

avina 16/05/2009 13:31

il a pété les murs de Marseille