EXCUSIVITE ORBEAT : I AM fait front face aux propos incendiaires de Freeman

Publié le par Orbeat

 

 L'EXCLU 



  Le groupe IAM n’a pas mis longtemps à réagir à l’interview choc donnée par son ancien membre, Freeman. Le groupe au complet a tenu à recevoir Orbeat pour répondre en coeur aux attaques du bonhomme.

Akhenaton, Shurik’n, Imhotep, Kheops, Kephren, ils étaient tous présents dans les studios de La Cosca, sur les hauteurs de la cité phocéènne, pour exprimer leur tristesse, leur agacement et pour certains un brin d'ironie. Entretien exclusif avec des pionniers du hip hop hexagonal.

 


Quelle a été votre réaction après la première lecture de l’interview de Freeman?

Akhenaton : J’ai été trés surpris. En général, on ne répond jamais à ce genre de propos, on règle ça en interne, mais là on s’est dit qu’il fallait faire une mise au point définitive. Au moins par respect envers Freeman. Ses propos m’ont déçu, venant de la part de quelqu'un qui a tenu mes enfants dans ses bras. J’ai été agréablement surpris de voir, sur les commentaires des internautes, que la majorité des gens était également déçus de voir Freeman tenir de tels propos.

Kheops : Il aurait quand même pu faire ça avant… Là, c’est limite hors-contexte !


Que s’est il passé pour que vous en soyez arrivé là avec lui ?

Shurik’N : Il s’est passé la même chose que dans un couple, à savoir des divergences d’opinions, des désaccords. Il faut savoir l’accepter. Mais la moindre des choses, c’est de laver son linge sale en famille. A présent, chacun doit tracer sa route. Sur ce coup, Malek n’a vraiment pas été futé. Comme promo pour son futur album, il aurait pu choisir beaucoup mieux.

 

Selon lui, vous n’auriez eu de cesse de pointer du doigt ses défauts de langue et de vocabulaire, notamment dans le DVD "GenËse d’un album"…

Imhotep : Depuis le début, on a pratiqué l’autodérision, on se vanne, on se chambre, mais ça reste de l’humour. Et on a choisi ensemble les images et les scenes montrées dans le documentaire. Il aurait très bien pu nous le dire à l’époque, je ne vois pas pourquoi il réagit maintenant.

 

Il pointe aussi du doigt les enjeux financiers qui selon lui, ont pourri le groupe de l’intérieur…

Akhenaton : Dans IAM, on a toujours eu un fonctionnement très communiste, tout le monde a toujours touché une part égale sur les albums et les tournées, c’est une règle que nous avons scrupuleusement suivie, Malek ne peut pas le nier.

Kheops : Malek a toujours été l’égal de nous au niveau monétaire, il n’a jamais été lésé financièrement.

    

Il n’y a pas que le déficit économique présent dans l’interview. Le déficit d’image dont a souffert Freeman est criant. Avez-vous fait effectivement le choix de mettre en avant certains membres du groupe au détriment des autres?

Imhotep : A chaque fois que les médias nous sollicitent, ils réclament Akhenaton, nous n’y pouvons rien. Bien sûr qu’on aimerait être parfois plus nombreux sur les plateaux, mais les chaînes nous demandent de faire des choix, et les mc’s se retrouvent donc sous les projecteurs.

Shurik’n : Je me souviens de nos débuts, où on devait donner pleins d’interviews, nous, on s’en foutait, on ne réalisait pas forcément. A chaque fois, c’est Akhenaton qui s’y collait, et c’est resté tout au long de notre carriËre. Et puis, comme le dit Imhotep, les médias sollicitent souvent ceux qui écrivent, les mc’s. Et a la base, on était deux mc’s, moi et Akhenaton.

Akhenaton : Je ne connais pas beaucoup d’exemples dans l’Histoire ou un MC s’est greffé à un duo déjà existant, et c’est-ce qui est arrivé à IAM, c’est nous qui l’avons choisi. Parfois, c’est même moi qui ai milité pour que Freeman soit plus présent, comme pour l’album "Revoir un Printemps". Je l’ai défendu, soutenu contre l’avis des autres membres du groupe, qui ne voulaient pas lui donner autant d’importance au micro qu’il en a finalement eu. Alors quand je vois ce qu’il dit sur mon compte…


Akhenaton, vous avez été, dans l’interview de Freeman, la principale cible de rancœurs tenaces. Vous passez pour un profiteur sans état d’âme…

Akhneton : Va retrouver les mecs avec qui j’ai fait des featuring, et demande leur si j’ai exigé de l’argent, tu verras bien ce qu’ils répondront. J’ai toujours fait en sorte de donner une autre image du hip hop, une image positive. Et pour quelqu'un qui se dit hip hop comme Freeman, je trouve déplorable de tenir un tel discours. Je comprends que les gens soient déçus. Après, c’est l’éternel histoire du grand méchant loup, ça fait plus de dix ans qu’on me colle cette étiquette de méchant, je m’y suis fait à la longue…


L’Èpisode du concert en Egypte semble avoir pesé lourd dans la décision de Freeman. Ce show a-t-il vraiment été un gâchis ?

Fabien Fragione, frère d'Akhenaton, et manager d'IAM :  Ce concert représente un an de travail avec Bombas Productions. C'était un vrai kiff. Et si Canal Plus, SFR et A.Z avec Valery Zeitoun n'avaient pas mis l'argent sur la table, cela n'aurait jamais été possible, ni réalisable. Bien sûr qu’il y a eu des gros chèques de signés, mais ils étaient destinés à monter le concert, pas à finir dans nos poches. Honnêtement, IAM n’a quasiment rien gagné économiquement parlant sur ce live en Egypte. A présent, on veut se faire un autre plaisir : l’an prochain, on jouera certainement à New York.

Akhenaton : Rassurez-vous, tout le monde a été traité pareil, on avait tous la même chambre d’hôtel en Egypte. Et contrairement à ce que dit Malek, je n’ai pas rejoins les autres au Caire, j’ai fait le voyage avec le reste du groupe, dans le même avion. Et effectivement, je revenais de vacances. Et que fait une personne qui rentre de vacances? Eh bien, elle les raconte à ses amis. Sur le coup, Malek n’a strictement rien dit.

 

Est-ce vrai qu’IAM va faire partie d’un "syndicat du hip hop" conçu par l’équipe de "Marseille Capitale de la Culture 2013" ?

Shurik’n (Rires) : "Syndicat", c’est un grand mot… Ca fait un peu penser à la mafia… 

Akhenaton : On a effectivement crée un collectif, avec lequel on aspire à monter des projets, organiser un peu le mouvement hip hop à Marseille. Si on est pas présent sur cette discipline, le hip hop peut être récupéré par d’autres personnes, qui n’en ont strictement rien à foutre. Alors autant que ça soit des gens expérimentés qui prennent les choses en main. Mais il n’y a pas qu’IAM, il y a aussi Djel et Sat, les Psy 4 de la Rime, Faf Larage, Def Bond, et il est possible que K Rhyme Le Roi nous rejoigne. A titre personnel, si je participe à ce projet, je le fais pour Miloud, patron de la salle de concert l’Affranchi, qui est mon ami, et qui est un peu l’instigateur du projet.

Imhotep : Et si Malek veut proposer un autre projet qu’il le fasse, plus il y en a, mieux c’est… Après, ça ne sert à rien de tomber dans l’aigreur et de rentrer dans une opposition systématique.

 

Seriez-vous prêt à vous expliquer avec Freeman, si un jour il revient vers vous?

Akhenaton :
Depuis le concert en Egypte, je suis l’un des seuls, avec Kephren, à l’avoir eu au téléphone. Il m’a dit vouloir passer à La Cosca, afin de mettre les choses au clair avec le groupe. Il n’est jamais venu et on ne l’a plus revu. Moi, j’ai un point faible, je suis trop gentil, et je pardonne facilement. Si Malek vient toquer à ma porte pour parler, je serais satisfait. Ses propos m’ont touché. Je vais vous raconter une petite histoire, qui date de l’époque du "Palais d’Justice". Un de mes fils qui avait 4 ans, avait dessiné un petit dragon (emblême de Freeman NDR) sur une page d’un cahier de chansons. A côté, il a écrit : "pour Tonton Malek". Ce sont des instants comme ça que j’ai envie de retenir.

Kheops : La seule chose que j’espère, c’est que son futur album sera bon, et qu’il en vendra plein

Imhotep, reprenant une phase célébre de Freeman : Il a juste essayé de nous "mystifier comme des Twix"…

 



Propos recueillis par L.M, correspondant à Marseille

Publié dans Interviews

Commenter cet article

Hoztiler 08/06/2013 04:23

Freeman Anyway c'est pas une grosse perte coté texte. on comprend rien quand il chante la plus part du temps.

Patgicquel 04/03/2012 22:29

"Du haut de ces pyramides, quarante siècles vous contemplent !" Napoléon Bonaparte.
Après on à iam : coupe le cake... Et tond les montous...
Et puis Sarko et karla en vacances aux pyramides...
Bandes de blaireaux...

Biboy 25/08/2011 10:58


Ya quelques moi je reçois un prospectus annonçant freeman dans une boite de nuit pres de chez moi avec ecrit dessus : "freeman du groupe Iam" wwwwww pour se faire des thune il hesite pas a dire le
mot magique Iam!


Nico 19/09/2010 22:38


Dans tout les cas le point faible du groupe c'était bien freeman, il sait pas rapper, à part son couplet sur l'école du micro d'argent il n'a pas fait grand chose de bien...


Ludovic 12/08/2010 22:29


100% d'accord avec tout ce qu'a écrit plus haut Fatima. Ca va être dur pour Freeman désormais d'exister. Je me demande néanmoins si c'est un problème d'égo et une crise maladive à l'approche de la
quarantaine, mais en tout état de cause ce changement démontre qu'il a quelque chose encore à se prouver et qui ne pouvait le satisfaire dans son groupe.
D'un coté, c'est courageux, d'un autre c'est inconscient et complètement lâche vis à vis de son ancien collectif. Réveilles toi cousin, on n'a qu'une vie, tu peux faire ta carrière solo sans faire
un tel fracas dans ta rupture. Dans la vie, on est peu de choses et tôt ou tard quand on s'en aperçoit, ça appelle à une plus grande humilité devant l'immensité des choses qu'on continue à ignorer
et de tous les jugements qu'on a pu porté. Enfin, tu verras maintenant comme ce n'est pas facile et peut-être cela te ramènera à une plus grande sagesse.
Il faut espérer que ce ne soit pas plus grave...

Quand à IAM, oh les gars, remettez les bons instrus à l'honneur et le flow, le flow comme en 97 ! Rien ne dépasse "La fin de leur monde" pour autant jusqu'à aujourd'hui, mais faîtes une musique
moins dépressive aussi...:/